Le Playfight : un nouvel art à découvrir !

Playfight !

Qu’est-ce donc là que ce mot nouveau, vous demanderez-vous peut-être ?
Le Playfight est certes une pratique physique… mais pas que !
Pour l’expliquer en une phrase :

Le Playfight, c’est un jeu de lutte en pleine conscience et sans violence.”

image 1 -

Au cours d’un Playfight, j’explore ma force, je prends conscience de mes limites, je découvre des ressources en moi, je contacte des émotions, certains schémas inconscients sont parfois mis en lumière. Tout cela peut se produire, tout cela est bienvenu, et accueilli dans la bienveillance du groupe.

Le mot clé : CONNEXION

image 2 - connexion

Se connecter à soi, se connecter à l’autre ou aux autres, c’est là l’intention dans cette pratique. Comment ? Par la rencontre physique : un jeu de lutte aux règles simples, avec un cadre de sécurité, et des rituels (1 avant et 2 après les 7 minutes de lutte) qui apportent une profondeur à la pratique.

INCLUSIF, c’est aussi ça le Playfight

image 3 - inclusifOui, le Playfight est ouvert et accessible à toutes et à tous, sans distinction ni prérequis d’aucune sorte. Si deux partenaires ont un décalage significatif de force ou de poids, une contrainte peut être imposée permettant d’équilibrer la rencontre. Si un ou une participant-e présente une vulnérabilité ou un handicap (ponctuel ou permanent), il/elle le signale à son/sa partenaire afin que celui/celle-ci le prenne en considération pendant la lutte de manière à garantir l’intégrité de son/sa partenaire.

image 4 - pas un sport de combat

Dire aussi que le Playfight n’est ni un sport de combat, ni un sport de compétition, ni une pratique simplement divertissante (même si on peut beaucoup rire et s’amuser en le pratiquant !)

L’initiateur de cette lignée spécifique de playfight, l’homme qui l’a formalisée et qui la déploie à travers le globe depuis environ 3 ans, s’appelle Matteo Tangi (découvrez le site officiel : playfight.org).

image 5 - le LionAprès avoir goûté à cette pratique en juin 2018 au cours d’une journée d’initiation animée par deux jeunes femmes de Barcelone, j’ai décidé de me former à mon tour pour devenir facilitateur. Ce que je concrétisai en participant à la première session de formation donnée par Matteo, en décembre dernier, au Portugal. À présent, j’ai à coeur de faire découvrir cette pratique ici en Drôme, car je crois que c’est là un outil d’émancipation et relationnel inédit, ludique, puissant, qui a de plus l’avantage de passer par le corps, dans nos quotidiens où le mental prédomine souvent.

Au plaisir de vous rencontrer !

Benoît Doutreleau
06.77.35.38.28.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑